Le Spectacle

Lecture des correspondances et des textes d’Antoine de Saint-Exupéry

Un enfant émerveillé et heureux, un écrivain, un héros, un pilote, un mystique, un enchanteur, un mélancolique, un homme… Qui était Saint Exupéry ? La lecture de ses lettres adressées à sa mère, à ses amis, à sa femme, ouvre une fenêtre qui ne se referme pas. A chacun et chacune de prendre son envol et d’ajouter ses propres couleurs au portrait esquissé par ce courrier de nuit. Découvrez des extraits de lettres à sa mère, lettres de jeunesse à l’amie inventée, des écrits de guerre et bien sûr du Petit Prince.

Le mot du metteur en scène

Saint Ex… un diminutif souvent employé, comme si pour chacun, il s’agissait du meilleur ami. Étrange proximité avec un écrivain, poète, reporter, aviateur, disparu au cours d’un vol de reconnaissance le 31 juillet 1944 au-dessus de la Méditerranée.

Lorsque l’idée germe d’en faire un sujet de lecture, un sujet tout court, je me dis qu’en fin de compte je ne le connais pas du tout et qu’il ne s’agit pour moi que d’un mythe inexploré à la silhouette floue de petit prince. Connaître… Comment s’y prendre ?

Sa correspondance est abondante tant son attachement aux êtres qu’il aimait était intense. Lettres à sa mère, à son épouse, à ses amis, plus on se plonge dans ces manifestations d’un amour presque dévorant, plus leur auteur apparaît multiforme, insaisissable. Passionné, emporté, impatient, entier, engagé, agaçant parfois, drôle souvent, attachant en fin de compte. Il faut le suivre sans l’arraisonner, glisser au fil de l’écriture pour apercevoir entre deux nuages, la main qui l’a tracée. Infatigable toujours en vol, il faut donc voler, juste derrière lui, et entrer avec confiance dans la nuit, comme le suggère ce passage de “Terre des Hommes” : “Je renonce donc peu à peu au soleil. Je renonce aux grandes surfaces dorées qui m’eussent accueilli en cas de panne… Je renonce aux repères qui m’eussent guidé. Je renonce aux profils des montagnes sur le ciel qui m’eussent évité les écueils. J’entre dans la nuit. Je navigue. Je n’ai plus pour moi que les étoiles…». Alors, connaître, c’est peut-être ça, partir à la poursuite d’une étoile… (Catherine Groleau)

Conception et mise en scène

Catherine Groleau

Distribution

Catherine Groleau, Virginie Martinez et Jean-Claude Peronnet

Avec l’aimable autorisation des Editions Gallimard

Télécharger le dossier de présentation

Photos