Notre fameuse Catherine Groleau, met en scène et interprète un spectacle avec nos amis Clermontois du théâtre Contre-Jour : AGOTA, d’après le récit autobiographique d’Ágota Kristóf L’Analphabète.

Le spectacle

L’Analphabète, publié aux éditions Zoé en 2004, est un recueil de textes courts initialement écrits pour la chronique littéraire d’une revue. Ainsi rassemblés, ces onze chapitres constituent le seul récit autobiographique d’Ágota Kristóf, et relatent son enfance, son départ de Hongrie, son arrivée en Suisse, le travail en usine, sa difficulté à apprendre la langue française pour enfin accomplir sa vocation de toujours, écrire, et le défi d’écrire dans une langue qui restera à jamais étrangère.

J’ai découvert, il y a une poignée d’années, par hasard, dans le rayon littérature d’une bibliothèque universitaire, cette écriture tranchante et dénuée d’émotion, sidérante d’efficacité. Des phrases sans fioritures, sans épanchement, mais qui touchent au-delà du cœur, qui touchent la conscience. Comment survivre à l’exil et à la perte de tout ce qui a fait votre identité ? Comment trouver en soi la force de continuer, alors que tout ne semble que fêlures irréparables. Écrire pour survivre, créer pour vivre. Porter ce texte à la scène et le nommer par son prénom pour lui redonner vie.
Catherine Groleau

L’auteure

Ágota Kristóf naît en 1935 à Csikvánd, un petit village du nord-ouest de la Hongrie, pays qui, à partir de 1945, fait partie du bloc de l’Est « communiste » sous influence soviétique.

Quand elle a neuf ans, ses parents s’installent dans la ville de Köszeg, tout près de la frontière autrichienne, où se dérouleront plus tard tous ses romans. Elle y poursuit ses études puis épouse son professeur d’histoire. En 1956, elle est contrainte, avec son enfant de quatre mois et son mari, impliqué dans l’insurrection de Budapest contre la mainmise soviétique, de fuir et de s’exiler en Suisse romande. A son arrivée à Neuchâtel, elle doit travailler dans une usine d’horlogerie.

S’ensuivent de longues années de dur travail en usine et d’apprentissage de la langue française. Elle commence à réécrire de mémoire ses premiers poèmes laissés en Hongrie. Elle écrit ensuite des pièces de théâtre qui seront jouées dans des soirées cabarets par des acteurs amateurs puis réalisées par la Radio Suisse Romande. Elle se fait connaître par la publication en 1986 d’un roman qui obtient un succès immédiat, Le Grand Cahier, adapté au cinéma en 2013, suivi de deux autres livres, La Preuve et Le Troisième Mensonge pour former La Trilogie des Jumeaux, son œuvre la plus connue, traduite aujourd’hui en 35 langues. Elle décède à Neuchâtel en 2011.

L’équipe

Distribution : Olivia VIDAL (Théâtre Contre Jour – Clermont-Ferrand), Catherine GROLEAU (Coche Cuche Théâtre – Cusset), Didier TINLOUT (Les Amis du Théâtre de Pierrefort)

Mise en scène : Catherine GROLEAU

Création et régie lumières : Frédérique LUSSON

Création et régie son : Pierre NEYRIAL

Pour avoir donné leur voix, tous nos remerciements à : Barbara Heitner (prélude poétique), Sébastien Ulliana (Yano), David Sevelle (soldat autrichien), Zsuzsanna Kürti (berceuse), Claude Bouchard et Pierre Gendre (John et Joe).

Affiche et supports de communication : Sébastien Ulliana (Coche Cuche Théâtre)

Plus d’infos ?

Théâtre Contre-Jour

Direction artistique : Françoise Vidal

6, impasse des deux-marchés – BP 267 – 63007 Clermont-Ferrand cedex 1

06 82 02 21 16contact@theatre-jouretnuit.fr

www.theatre-jouretnuit.fr